Actualités par date

Coup d`Etat de 1999, charnier de Yopougon, escadron de la mort, rébellion de 2002 : La Côte d`Ivoire victime des mensonges de Ouattara

mercredi 19 novembre 2008 - Notre Voie

Lorsqu'on observe attentivement la situation sociopolitique de la Côte d'Ivoire, depuis que le Premier ministre Alassane Dramane Ouattara y a fait irruption, ce pays est profondément malade. Victime qu'il est des mensonges de l'ex-directeur Afrique du FMI .
En visite à Attiégouakro, chef lieu du canton Nanafouè, au c?ur du pays baoulé, dans la sous-préfecture de Yamoussoukro, où il a été célébré en tant que Homme de Paix, le président Gbagbo a fustigé le mensonge des hommes politiques. Ce mensonge est, a-t-il regretté, à l'origine des malheurs de la Côte d'Ivoire.
Trois jours plus tard, il est rejoint par le président du RDR, Alassane Dramane Ouattara. Profitant de la cérémonie de dédicace du livre Alassane Dramane Ouattara : Destin et Liberté, écrit par Abdou Touré, un membre de la direction de son parti, le candidat par procuration à l'élection présidentielle pour le compte du RDR a déclaré ceci : Je les encourage à poursuivre ce travail, parce que je pense que la Côte d'Ivoire a besoin de vérité. Il y a eu tant de mensonges. Et il y a tant de mensonges qu'il est bon pour les jeunes et les générations futures, j'allais dire, de rétablir la vérité des faits. Je pense qu'il faut tout simplement donner les faits et être scrupuleux et rigoureux dans tout ce que nous allons faire.

Les faits qui confondent Ouattara

Il est heureux de constater que la classe politique ivoirienne se retrouve, pour une fois, autour d'un même thème. Si le président de la République a illustré ses propos par un fait de mensonge parmi tant d'autres, l'ex-Premier ministre n'a pas donné d'exemple. En effet, M. Gbagbo a rappelé l'assertion longtemps véhiculée par les dirigeants de l'ex-parti unique, assertion selon laquelle, si l'ex- leader du FPI arrivait au pouvoir, il allait chasser tous les Baoulé des forêts du pays bété.
Quant à M. Ouattara, il est resté très abstrait. On n'a donc concrètement aucun fait mensonger qu'il incrimine. Mais il va sans dire que ces mensonges ou vérités, c'est selon, sont relatifs à l'histoire de ses origines et de sa nationalité. Une vérité qui a empoisonné et continue d'empoisonner la vie politique en Côte d'Ivoire. Il veut insinuer que tout ce qui a été dit sur ses origines n'est que mensonges. Et, pourtant, les faits sont clairs et précis. Nous ne nous en tiendrons qu'à ces faits comme il le conseille lui-même.
Plusieurs éléments concordent qui prouvent que les parents d'Alassane Dramane Ouattara, c`est-à-dire son père et sa mère, sont originaires du Burkina Faso, ex-Haute Volta. Et personne ne devrait le contester. Son père, qui le savait très bien, est reparti, vers la fin de ses jours, dans son pays, précisément à Sindou, son village natal, où il a trouvé la mort et a été enseveli. Le dire est-il un mensonge ?
Autre fait. Il n'est également un secret pour personne que le jeune Alassane Dramane Ouattara a fait ses études secondaires en Haute Volta, actuel Burkina Faso, son pays d'origine. Après l'obtention de son baccalauréat, il a bénéficié d'une bource de son pays, l'ex-Haute Volta, pour se rendre à l'Université de Pennsylvanie, aux Etats-Unis. Dans cette université, il était le président des étudiants voltaïques. Le dire, est-ce un mensonge ?
Encore un autre fait. Dans la vie active, Alassane Dramane Ouattara, entre autres fonctions, a occupé les fonctions de directeur Afrique du Fonds monétaire international (FMI) en tant citoyen de l'ex-Haute Volta, actuel Burkina Faso. Parti du FMI, il a atterri à la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO), toujours en tant que citoyen voltaïque. Le fait marquant de cette étape, c'est qu'en 1984, M. Ouattara a, au cours d'une cérémonie officielle tenue à la salle des fêtes de l'Hôtel Ivoire, été décoré ex-qualité, c`est-à-dire en tant que Voltaïque, par le ministre ivoirien de l'Economie et des Finances d'alors, M. Abdoulaye Koné. Cela est consigné dans les livres d'or de la BCEAO. Là encore, où est le mensonge?

Ouattara, le menteur

A l'analyse, on se rend compte que le vrai menteur, c'est Alassane Dramane Ouattara. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que la Côte d'Ivoire est victime de ses mensonges. Les faits le montrent aisément.
Pendant la période préparatoire des élections de 2000, Alassane Dramane ouattara a déclaré, au cours d'un meeting public, qu'on ne veut pas qu'il postule à la présidence de la République de Côte d'Ivoire parce qu'il est musulman et du Nord. Mensonge !
En réalité, la Cour suprême de la Côte d'Ivoire a rejeté la candidature de Ouattara parce qu'elle a estimé qu'il y a des doutes sur les origines du président du RDR. C'est lui-même qui avait alimenté ce doute dans l'esprit des Ivoiriens sur les origines de ses parents, notamment de sa mère. En effet, sur la carte d'identité d'Alassane Ouattara lui-même, sa maman s'appelle Nabitou Ouattara. Et, sur la pièce d'identité de celle qu'il a présentée comme sa génitrice, elle s'appelle Nabitou Cissé. Laquelle est alors sa vraie mère ? Nabitou Ouattara ou Nabitou Cissé ? Au lieu donc de saisir les tribunaux pour lever ce doute, il a choisi la voie du mensonge en tentant d'opposer les Ivoiriens musulmans du Nord à leurs autres frères Ivoiriens. Aujourd'hui, il est exceptionnellement autorisé à être candidat à la présidentielle pour laisser la Côte d'Ivoire en paix. Mais, tôt ou tard, il devra dire la vérité aux Ivoiriens sur ses origines.
Autres choses. Pour justifier la guerre dont il est le vrai père au plan national, Alassane Dramane Ouattara a déversé sur les dirigeants de ce pays des mensonges en vue de les diaboliser. Mais, aussi, sur la Côte d'Ivoire elle-même. Ce pays qu'il prétend pourtant aimer tant.
Au nombre de ces mensonges, on peut retenir les plus diaboliques. Il y a d'abord le charnier de Yopougon qui a fait couler en son temps beaucoup d'encre et de salive. Seulement 24 heures après sa prestation de serment en tant président de République nouvellement élu par le peuple de Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo a été accusé par Ouattara et ses sbires d'avoir tué des musulmans qu'il a déversés dans une forêt non loin de la prison civile de Yopougon. Mensonge ! Il s'agissait de 57 corps, tous torse nu, qui avaient été déversés en ce lieu les uns sur les autres. Ces corps avaient sûrement été déversés en ce lieu par quelqu'un qui, jusqu'à ce jour, n'a pas encore été retrouvé.
Fait curieux, c'est que le charnier de Yopougon avait été découvert par le journal d'Alassane Ouattara, en l'occurrence, Le Patriote. Aussitôt, ce journal avait saisi la direction du RDR qui, à son tour, avait saisi la presse internationale pour diffusion de l'information dans le monde. Alors questions: comment le journaliste de ce journal s'était-il retrouvé dans cette forêt ? Qu'était-il allé faire là-bas ? Pourquoi avait-il préféré saisir la direction du RDR en lieu et place des pouvoirs publics ? Comment ce journaliste et la direction du RDR avaient-ils pu savoir que les 57 corps étaient tous des musulmans, militants de leur parti, alors qu'ils étaient torse nu et superposés les uns sur les autres ? Autant de questions qui nécessitaient normalement une enquête minutieuse pour être élucidées et qui, jusqu'à ce jour, restent dans le flou. Et pourtant l'opinion nationale et internationale avait eu un réel espoir de ce que ces faits gravissimes soient élucidés, quand le ministère de la Justice a été attribué au RDR suite à la table ronde de Marcoussis.
En effet, une semaine avant son départ du gouvernement suite au remaniement gouvernemental du 5 août 2002 qui a vu l'entrée du parti d'Alassane Dramane Ouattara au gouvernement, feu le ministre Oulaï Siéné, ministre de la Justice, avait mis en place une commission d'enquête pour découvrir la vérité sur cette sale affaire de charnier. Curieusement, quand Mme Diabaté, secrétaire générale (SG) du RDR, est arrivée à la tête du ministère, elle a dissous la juridiction spéciale et classé l'affaire. Et, pourtant, le RDR avait là l'occasion de confondre le président Gbagbo. Car c'est bien lui qui était accusé par M.Ouattara et ses hommes d'avoir créé le charnier. Il se trouve que ce pays a besoin de vérité'' ,comme le dit le leader du RDR.
Après le charnier de Yopougon, on peut citer l'affaire des escadrons de la mort. A un moment donné de la grave crise que traverse le pays, les Ivoiriens ont été traumatisés par des assassinats crapuleux. La plupart des victimes étaient des gens proches du RDR ou de M. Ouattara. Mais des gens de moindre importance pour ne pas déranger la machine RDR. Il n'en fallait pas plus pour que le président du RDR, sa formation politique et leurs journaux accusent le président Gbagbo, et son épouse Simone Ehivet Gbagbo, d'être les commanditaires des escadrons de la mort''. Mensonge encore ! Parce que le couple présidentiel a gagné tous les procès qu'il a intentés dans cette autre affaire scabreuse.
Là aussi, les Ivoiriens avaient espéré voir la vérité éclatée quand Mme Diabaté a pris le ministère de la Justice. Que non ! Elle a aussi classée cette affaire. Et pourtant ce pays a besoin de vérité''.
On peut également citer l'affaire du journaliste Guy André Kieffer que Ouattara et ses alliés extérieurs accusent le couple présidentiel d'avoir fait disparaître. Toujours mensonge !
Aujourd'hui, la France, le principal allié du RDR fait entrave à la manifestation de la vérité dans cette affaire. Misère que tout cela !
Mais ce n'est pas tout. Comme si ce n'était pas suffisant de s'acharner sur le président de la République et son épouse, Alassane Ouattara et ses alliés ont déversé des tas de mensonges sur la Côte d'Ivoire elle-même.
Ce pays a été accusé de xénophobie et l'on a tenté de faire croire qu'il utilisait des enfants esclaves dans les plantations de café et de cacao. Toujours et encore des mensonges !
En inventant ces histoires à dormir debout, le président du RDR et ses amis voulaient, d'une part, isoler la Côte d'Ivoire au plan diplomatique et, d'autre part, affaiblir économiquement ce pays dont les principales sources de revenus sont le café et le cacao.
Ce sont tous ces faits mensongers qui, malheureusement, ont conduit la communauté internationale, notamment la France, à soutenir Alassane Dramane Ouattara dans sa guerre qu'il a faite à la Côte d'Ivoire. Ce pays qui lui a pourtant tout donné. C'est donc peu que de dire que ce pays est victime des mensonges de l'ex-Premier ministre de feu Houphouet-Boigny.


Boga Sivori bogasivo@yahoo.fr



Inscrivez vous pour postez un commentaire sur

Coup d`Etat de 1999, charnier de Yopougon, escadron de la mort, rébellion de 2002 : La Côte d`Ivoire victime des mensonges de Ouattara



A propos de - Plan du site - Questions / Réponses - Contacts © 2008 - KOFFI.net - Conception, Réalisation, Hébergement
Christophe KOFFI